Revue de presse Eloge du mauvais geste Rhinocéros

loge_du_mauvais_geste_dOllivier_Pourriol__FC_Bad_Boys_1276032466345FC Bad Boys

par Vincent Jolit

Bientôt débutera la Coupe du monde de football en Afrique du Sud. Après les effets d’annonces et la mise en scène médiatique, après la liste des trente, puis des vingt-quatre et enfin des vingt-trois joueurs, l’Équipe de France va se confronter (si elle passe le premier tour) à ce qui se fait de mieux en matière de football : Argentine, Brésil, Espagne… Un doux parfum de pelouse cuite prendra bientôt possession de vos téléviseurs. Mais même si Rhinocéros aime le foot, ce ne sera que d’un œil lassé qu’il suivra les festivités ballonesques. À moins que le spectacle ne vire au tragique (théâtralement parlant) et qu’un simple match, gagné ou perdu, ne devienne un peu plus que ça. À moins qu’un geste inattendu vienne briser le cours habituel du temps footbalistique. Avec son intelligent et ludique Éloge du mauvais geste, Ollivier Pourriol nous rappelle et analyse quelques-uns de ces grands moments de (non)football entrés dans l’Histoire.

Finale de la Coupe du monde 2006 : France-Italie. Zinédine Zidane frappe Marco Materazzi d’un coup de boule au torse. Quart de finale de la Coupe du monde 1986 : Argentine-Angleterre. Diego Maradona marque un but de la main, la fameuse « main de Dieu ». Match de barrage retour, qualifications pour la Coupe du monde 2010 : France-Irlande. Thierry Henry remet un ballon de la main à William Gallas qui marque. Championnat d’Angleterre 1995 : Crystal Palace FC-Manchester United. Éric Cantona quitte le terrain après un carton rouge et saute pied en avant sur un supporter adverse. Demi-finale de la Coupe du monde 1982 : France-RFA. Le gardien de but Harald Schumacher agresse littéralement Patrick Battiston à l’entrée de la surface. Finale de la Coupe d’Europe des clubs champions 1985 : Juventus de Turin-FC Liverpool. Michel Platini exulte après avoir marqué alors que trente-neuf supporters sont morts quelques minutes plus tôt. « Six mauvais gestes exécutés pourtant, et c’est tout l’intérêt de la chose, par des spécialistes incontestés du beau geste. » Six moments négatifs immédiatement classés dans l’antijeu, l’antisportif, l’amoral. Pourtant…

De ces événements pour le moins atypiques, le philosophe Ollivier Pourriol tire un livre jouissif (et politiquement incorrect) où il envisage le mauvais geste non pas comme la marque du mal pour le mal, mais en proposant une autre façon de penser le mal, en dehors de la morale conventionnelle, dans une position quelque peu nietzschéenne. « Le mauvais geste, avant d’être fou, est spontané : au risque de l’infamie, le grand champion s’aventure au-delà des règles », dans « un éclair de liberté », « un chef-d’œuvre à l’envers » qu’il ne faut pas juger, mais chercher à comprendre. Ici, ce n’est pas l’intention qui compte. C’est ce que le geste dit qui importe. Le joueur devient le prisme par lequel la question philosophique s’impose. « Son geste pense pour lui. »

Loin des articles journalistiques ordinaires, des logorrhées moralisatrices et des propos de comptoir, Pourriol creuse là où on ne regarde pas. Éloge du mauvais geste s’ouvre avec Camus – qui pensait le stade comme le lieu où s’apprennent les questions morales – et se ferme avec Sartre et l’histoire d’Érostrate qui se rendit célèbre en brûlant le temple d’Éphèse1. Parler de foot en citant Camus, ce n’est pas si inhabituel, l’auteur du Mythe de Sisyphe servant souvent de caution intellectuelle aux défenseurs du ballon rond. Mais Sartre, c’est beaucoup plus rare. Alors Platon, Aristote, Deleuze, Homère ou encore Corneille, ça tient du défit. Un défit que Pourriol relève brillamment en offrant de l’intelligence à ce qui était jusqu’ici perçu comme des actes de violence idiote, voire l’expression d’une profonde bêtise (celle qui colle aux footballeurs). Et c’est ce qui est avant tout réjouissant : capter l’intelligence même là où on ne l’attend pas.

[...]

voir l'article

Vous êtes ici : Pour les journalistes / Revue de presse / Revue de presse Eloge du mauvais geste Rhinocéros